Menu
Home
News
Portrait
Voyages
Photos
Planification
Tables du monde
Liens
Contact


Changement de décor Version imprimable
Ecrit par Stéphane   
22-02-2007
Les fortunes d'un voyageur

Direction Down UnderAux premières lueurs de cette journée de St-Valentin, j'enfourchais la relique servant de vélo au Garden Restaurant et fonçais voir se lever le soleil sur cette plage no1 qui m'avait offert tant d'heures de bonheur sous-marin. Je passais d'ailleurs l'après-midi à en rajouter quelques unes. C'était mon petit paradis sur Neil Island. Un paradis pour lequel je crains l'arrivée d'un développement touristique anarchique à l'indienne. Une petite cinquantaine d'heure après être sorti pour la dernière fois de l'eau turquoise, je fonçais à bord d'une Volvo à l'intérieur cuir et à l'extérieur ripoliné en direction des gratte-ciel du centre de Bangkok. Un énorme et si brusque changement de décor que seuls les transports aériens peuvent offrir. Un moyen de transport dont j'avais perdu l'habitude, mais qui s'est imposé après un léger revers de fortune. Ma recherche d'un bateau pour la Thaïlande avait elle-même commencé sur un coup de chance, et j'avais déjà un pied à bord d'un yacht en partance pour Phuket. Mais Dame Chance est capricieuse, et ce qu'elle donne d'une main, elle reprend parfois de l'autre. Ainsi, "mon yacht" n'attendit pas que j'y mette le second pied, et je me retrouvais le cul dans l'eau, c'est le cas de le dire. Pressé pour une fois par le temps, il ne me restait plus que l'avion. Un exercice que je redoutais avec mon vélo et ma remorque mais qui, mis à part un joli trou dans mon porte-monnaie, se passa sans encombre.

Dame Chance semblait toutefois prendre du plaisir en ma compagnie. Le jour où j'apprenais le retour prématuré de mon bateau vers la Thaïlande, elle m'offrait la possibilité d'aller faire un bout de brousse. Pas en compagnie de Mick Dundee, mais tout seul comme un grand au volant d'un van, et simplement en échange de quelques photos et articles. Alors que je prenais la direction du pays du soleil levant, je me retrouvais soudain avec cette opportunité d'écrire et de voir celui des Kangourous. Est-il besoin de préciser que la décision était prise avant la fin de la seconde lecture du mail? Une opportunité n'en est une que si l'on est prêt à la saisir lorsqu'elle se présente.

< Précédent   Suivant >
Position actuelle

Cossonay, Suisse


En ligne
Il y a actuellement 52 invités en ligne
Tout frais
   Home arrow News arrow Sur la Route arrow Changement de décor